Devenez responsable de la qualité de votre vie

Il est bien plus facile de rejeter la faute sur les autres, de fuir sa part de responsabilité. Cependant, il y a tant à gagner de devenir responsable de sa vie.

Chacun traverse durant sa vie des périodes difficiles, des moments de crise ou de souffrance plus ou moins intenses. En revanche, la différence entre les personnes vient de la façon dont ils choisissent de réagir face aux épreuves de la vie.

En effet, vous êtes à 100% responsable de la manière d’agir et de ressentir quelles que soient les drames, les difficultés ou les changements que vous traversez.

Par exemple, vous vous trouvez confiner suite à une décision gouvernementale. Est-ce que vous êtes dans la peur ou la colère ? Ou simplement, vous accueillez cet arrêt de la course de la vie comme un cadeau pour profiter de chez vous, pour vous accorder une heure de marche par jour, pour peut-être faire tout ce que vous n’aviez pas le temps de faire.

Comment assumer  la responsabilité de votre vie ?

Tout d’abord, commencez à être plus conscient de vos pensées, de vos actions et de vos réactions face à diverses situations de la vie courante. Cela vous permettra de devenir petit à petit plus responsable. Une personne vous agresse verbalement dans la rue : répondez-lui sur le même ton ou prenez-vous du recul en vous disant qu’elle doit être mal pour réagir de cette façon ?

Ensuite, évitez de vous rendre coupable même si vous avez pris la mauvaise décision. Au moment où vous avez fait un choix, aviez-vous toutes les informations nécessaires pour prendre la bonne décision. Rappelez-vous la citation de Nelson Mandela « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends« . Tirez donc des leçons de votre choix.

Le 4ème accord toltèque « fais de ton mieux » est une clé pour diminuer cette culpabilité potentielle même si vous n’avez pas réussi selon les normes définies par vos proches, par la société.

Pour devenir responsable de votre vie, vous devez sortir du rôle de victime. Devant chaque situation, n’accusez personne et essayez  plutôt de comprendre votre part de responsabilité. Pour cela, prenez de la hauteur, du recul sur la situation pour ne pas vous laisser envahir émotionnellement.

Changer votre champ

La loi d’attraction peut se résumer à « tout semblable attire son semblable ». Vous attirez donc le plus souvent inconsciemment tout ce que vous vivez : votre conjoint, votre travail, vos amis, … Et ce, par vos pensées, vos croyances, vos blessures. Tout ce que vous avez vécu, ce que vous vivez est inscrit dans un champ vibratoire autour de vous. Si par exemple, un enfant a un de ses parents violent, adulte il pourra attirer un conjoint ou un ami violent car inconsciemment, il a pu s’inscrire via ses réseaux neuronaux, une croyance telle que l’amour était violence.

Pour modifier ces informations, il est important de déprogrammer vos croyances erronées non seulement en en prenant conscience mais également en travaillant sur votre inconscient par des méthodes telles que l’hypnose, l’EFT, la méthode DECEMO, …

Ainsi vous passez de l’état de coupable ou de victime et vous devenez acteur. En travaillant sur vos croyances, vos schémas répétitifs, vous attirez d’autres situations, d’autres personnes qui sont plus adéquation avec votre moi profond. Vous devenez alors créateur de votre vie.

Voyez-vous la vie comme un verre à demi-plein ou à demi-vide ?

Mis en avant

Voir le verre à moitié plein apporte une vision optimiste de la vie. En revanche, voir le verre à demi vide procure une  représentation plus pessimiste. Vous pouvez donc avoir une vision opposée du monde selon si vous êtes plutôt pessimiste et optimiste. Alors quelle est la meilleure approche ? Quels les avantages et les inconvénients de chacune de ces visions.

La plus grande différence entre ces deux approches porte sur la façon dont vous appréhendez un problème ou une difficulté. 

Verre demi plein ou demi vide
Verre demi plein ou demi vide ?

Êtes-vous plutôt pessimiste ?

C’est-à-dire voyez-vous davantage le verre à moitié vide ? Est-ce que vous dites régulièrement « ça ne marchera pas ou ça n’a jamais marché pour moi », « je ne peux pas », « c’est compliqué »

Alors vous avez tendance à être plutôt pessimiste. Vous observez surtout le côté négatif d’une situation. Vous vous inquiétez des dangers potentiels et vous pouvez même avoir peu d’espoir sur le futur.

Lorsqu’une situation difficile apparaît, vous avez plutôt tendance à rester passif.ve ou même à l’aggraver.

Attention, rien n’est blanc ou noir. Cette vision pessimiste vous permet d’évaluer plus en profondeur une situation, d’en voir les risques éventuels et de mieux les gérer. Vous êtes plus prévisible face à des obstacles et vous pouvez donc vous en protéger.

Êtes-vous plutôt optimiste ?

Vous voyez davantage le côté positif des événements, des personnes, des situations. Vous avez développé la pensée positive.

Face à des difficultés, vous essayez de détecter les avantages, les solutions et vous êtes alors plus armé.e pour les surmonter. Vous ne perdez pas espoir et vous avez tendance à être confiant.e et à avoir espoir en l’avenir.

Cette version positive de la vie est utile lors d’une période de transition, vous êtes moins stressé.e. Vous avez moins de risque d’entrer en dépression.

Cependant il y a aussi des inconvénients à ne regarder que le verre à demi-plein. Effectivement, cet excès de confiance en la vie, en les gens peut vous amener à prendre des décisions imprudentes.

D’autre part, le regard positif sur de la souffrance peut même aller jusqu’à vouloir ignorer ses sentiments. Or toute réaction émotionnelle doit être accueillie, acceptée et non enfouie.

État d'esprit positif

La meilleure solution : un état d’esprit positif

Un état d’esprit positif renforce votre confiance en vous. Cela signifie que vous croyez en vous et en vos capacités. Dans cet état d’esprit, vous n’ignorez cependant pas les obstacles. Vous sentez que vous êtes capables de les surmonter. Quelles que soient les circonstances, vous êtes prêt.e à faire de votre mieux.

Pour développer cet état d’esprit positif, il est nécessaire de voir chacune des situations difficiles de plusieurs façons.

Tout d’abord, d’un point de vue émotionnel pour comprendre ce que à quoi cette situation vous fait écho. Quels sont vos besoins à satisfaire, quelles peurs avez-vous éveillé ? Ces peurs, ces besoins sont souvent liés à des croyances dites limitantes. Donc pour atteindre cet état, il est important de déprogrammer toutes ces croyances avec des méthodes telles que l’hypnose, l’EFT, …

Une autre façon positive de regarder les situations désagréables est d’en tirer les leçons. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ? Et ainsi, vous pourrez établir de nouvelles solutions au cas où vous rencontriez des situations similaires.

Conclusion

Bien que parfois utile, être trop pessimiste peut s’avérer nuisible, ne serait-ce pour votre bien-être. À l’opposé, ne voir que le verre à demi-plein permet de surmonter plus facilement des épreuves mais cela peut également vous conduire à faire des erreurs.

La juste position est cet état positif qui permet d’accepter toutes les situations et les examiner sous tous ses angles afin d’en tirer des axes d’amélioration, d’identifier vos faiblesses et d’y remédier.

Apprendre de ses erreurs, un véritable challenge !

Mis en avant

Apprendre de ses erreurs est un véritable challenge qui ne peut que vous faire grandir. Tout parcours d’une vie est bien souvent jonché de déboires, d’échecs et d’erreurs.

Comme l’a si bien dit Nelson Mandela dans cette célèbre citation

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »

Les erreurs, les échecs sont une manière de vous faire avancer, d’apprendre. Car les leçons de la vie ne sont pas contenues uniquement dans la réussite. Qui n’est pas tombé en essayant d’apprendre à marcher ou à faire du vélo ?

Il est donc nécessaire de prendre le temps de vous interroger sur les raisons de l’échec. Cela vous éclairera le chemin pour arriver à la réussite.

Comment apprendre de ses erreurs

Tout d’abord, il est important de reconnaître ses erreurs. Car tôt ou tard la vérité ressortira.

Ensuite, ne pas cédez à la peur répétez-vous ce fameux adage « L’erreur est humaine ». Personne n’est parfait et chacun est venu sur terre pour expérimenter. Trop souvent, dans nos sociétés occidentales, nous avons été éduqués à devenir parfaits avec peu de place à l’apprentissage. Face à un échec, alors de vieilles croyances limitantes telles que « je ne suis pas à la hauteur » « je suis rejeté.e » « Je suis nul.le » ressurgissent et s’expriment par la peur. 

Apprendre de ses erreurs c’est aussi accepter la critique. N’hésitez pas à demander aux personnes qui expriment une critique de la formuler de façon constructive.

D’autre part, une des clés pour surmonter ces erreurs est de garder son optimisme. Pour cela, sachez voir toujours le verre à demi plein et restez certain que toute situation peut s’améliorer.

Tirez des leçons de votre expérience

Cela commence par repenser ou écrire la situation vue par vous. Si cette erreur a eu des conséquences sur une ou plusieurs autres personnes, demandez à ces personnes d’exprimer leur vécu selon leur point de vue toujours dans le but de construire et d’apprendre. Plus vous aurez des angles différents de la situation, plus vous aurez des axes de progrès.

A partir de ce recueil, vous pouvez alors identifier tout ce qui aurait pu être modifié. Ensuite, il est important de séparer ce qui est de votre ressort de ce que vous ne pouviez pas contrôler.

De cette liste d’éléments à transformer qu’il s’agisse d’un comportement, d’un acte ou autre, établissez un plan d’actions pour ne plus répéter ses erreurs. Soyez précis sur chacune de vos actions tout en restant flexible. Par exemple, vous vous êtes mis en colère lors d’une réunion (familiale ou professionnelle), vous pouvez décider de vous concentrer sur une respiration profonde à chaque fois que vous sentez monter la colère.

Attention avec la répétition des échecs !

Souvent c’est plus fort que vous et vous répétez sans cesse les mêmes erreurs. Cela provient dans la plupart des cas de circuits neuronaux inscrits dans votre inconscient. Ces schémas ont souvent pris place dans votre plus jeune âge. Ce circuit neuronal se réactive à chaque situation similaire. Comme le flux de cerveau inconscient est plus rapide que votre néocortex analytique, vous réagissez avant de penser aux conséquences. Si par exemple, votre croyance est « je suis nul.le » lors d’un examen, d’un rendez-vous, le stress peut vous bloquer malgré toute la préparation ou toutes vos bonnes intentions. Autre exemple, vous avez eu un père absent ou qui ne s’est guère occupé de vous, votre croyance peut être « je suis rejetée, pas aimée… par mon père, et donc en tant que 1er homme dans votre vie, par les hommes ». Et par conséquent, vous pouvez inconsciemment vous faire rejeter par vos compagnons.

Il est donc judicieux de vous faire aider par un thérapeute pour déprogrammer toutes les croyances, peurs qui vous paralysent la vie. L’hypnose humaniste ou la méthode Decemo sont des méthodes efficaces pour travailler sur l’inconscient et reprogrammer ces croyances.

« Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger. »

John C. Maxwell

Et en conclusion, n’hésitez pas à regarder la vidéo de « Tout le monde s’en fout » sur les erreurs

L’hypnose, une méthode efficace pour sortir de nos schémas répétitifs

Mis en avant

Et si notre vie était dans 95% dirigée par notre inconscient ? Toutes nos programmations, nos schémas, nos croyances sont inscrits dans notre subconscient ou inconscient. Cette sphère d’activité du cerveau agit comme un disque dur. Seules des méthodes comme l’hypnose, l’EMDR, l’EFT sont capables de travailler avec l’inconscient et de déprogrammer nos schémas répétitifs.

Qu’est-ce que l’inconscient ?

C’est le siège de tous nos automatismes. Et il est très utile dans ce sens. Lorsque nous marchons, nous conduisons, nous n’avons pas à mettre de la conscience sur chacun des gestes. Les milliards de neurones reliés entre eux par les synapses se mettent en action.

Notre inconscient est très puissant. Il est capable de traiter 2000 informations par seconde. Il est toujours en activité même lorsque nous dormons. Et heureusement car nous continuons à respirer, à vivre ! Sa principale mission est de nous protéger. Seulement il peut faire des erreurs. Comme un ordinateur, il associe chaque réponse à une situation connue et peut ainsi se tromper sur le degré de menace. Il peut même nous cacher des mémoires pour nous préserver.

Circuit neuronaux schémas répétitifs

C’est dans ce subconscient que sont inscrits toutes les expériences, toutes les pensées et surtout toutes les croyances que nous avons enregistrées dès notre plus jeune âge. Notre inconscient a la mémoire de tout ce qui s’est passé dans notre vie de l’enfance à l’âge actuel, même ce que nous croyons avoir oublié. C’est lui qui pilote notre corps mais aussi nos choix de vie. Ainsi, la plupart de nos comportements, de nos décisions, sont dictés par des mécanismes inconscients.

Si par exemple, vous n’étiez pas attendu.e à la naissance, si vous n’avez pas trouvé votre place dans votre fraterie, dans votre famille, vous allez inscrire dans votre inconscient que vous êtes rejeté.e. Et tout au long de votre vie, des situations de rejet vont se présenter à vous que ce soit au lycée, au travail et même au sein de votre couple.

La conscience ne peut pas agir sur l’inconscient.

« La conscience est créative alors que l’Inconscient ne l’est pas, il est comme une machine. Nous créons seulement 5% de notre vie et 95% de notre vie est composée d’habitudes et de croyances »

Bruce Lipton – Biologie des Croyances

La conscience utilise nos sens. Elle nous permet d’analyser, de raisonner, de réfléchir, d’avoir des pensées logiques.

Dans un état conscient, nous pouvons prendre conscience de soi, de notre existence, de nos comportements et de schémas répétitifs. Nous sommes également conscients du monde qui nous entoure.

Vouloir être heureux.se, en bonne santé, avec des personnes que nous aimons sont des pensées issues de notre conscience. Mais dicter ces pensées à notre inconscient, c’est comme parler devant un ordinateur… rien ne se produira !

L’hypnose une technique efficace pour sortir de nos schémas répétitifs

L’hypnose est une des méthodes qui dans un état de conscience modifiée, agit sur notre état inconscient.

C’est loin de l’hypnose de rue ou de spectacle où nous pouvons être amenés à faire des choses déconcertantes. La spécificité de l’hypnose humaniste est d’être spécialement éveillée pour agir nous-mêmes sur nos propres problèmes.

Le travail se fait à un niveau profond de notre inconscient pour le reprogrammer avec ce que nous souhaitons réellement : être aimé, être plus heureux, … Accompagné par le thérapeute, nous pouvons ainsi transformer nos croyances limitantes et donc nos schémas répétitifs en croyances positives.

Libérer de ses schémas répétitifs

Dépasser vos peurs pour une vie plus sereine

Mis en avant

Qu’est-ce que la peur

La peur est une émotion nécessaire à tout être vivant pour l’aider à faire face à un danger réel. Cela permet de mettre notre corps en alerte lorsqu’il y a un danger véritable : un animal prêt à nous attaquer, une voiture qui se dirige droit sur nous, … Il s’agit de peurs réelles.

Cependant une grande majorité des peurs sont irréelles, c’est-à-dire que votre corps réagit face un danger imaginaire.

Ces peurs irréelles peuvent être d’ordre physique (peur de l’avion, peur d’une araignée, peur du noir, …). Et elles peuvent également être d’ordre émotionnel ou mental : peur de l’échec, peur de l’abandon, peur de la critique, peur de s’exprimer avec les autres, peur de l’inconnu ….

En fait, toutes ces peurs proviennent de votre inconscient, véritable disque dur où tout schéma s’inscrit. Elles proviennent de mémoires engrammées liées à des événement passés qui se réactive dans le moment présent. Ce type de peur vous empêche d’être vous-même et de vivre pleinement vos expériences.

Vos croyances

Tout d’abord, il faut avoir conscience que les peurs ne sont dans la plupart des cas qu’une conséquence. Effectivement, les véritables causes de vos peurs sont des croyances dites limitantes.

Une croyance est une pensée racine à laquelle vous croyez comme certaine. Les croyances se construisent dès votre enfance à travers vos parents, vos proches, votre vécu ou suite à une expérience émotionnelle forte.

Voici quelques exemples : Je ne suis pas capable – l’argent, c’est difficile à gagner – C’est trop dur – Je ne suis pas assez bien  – Je n’ai pas ma place – Je n’ai pas de chance – Je ne mérite pas d’être aimé.e – C’est trop tard pour me changer – Je dois être parfait.e pour être aimé.e ect. …

Vos croyances vous manipulent : elles sont de véritables freins à votre épanouissement car vous vous êtes habitués à elles. Chaque croyance est identifiée dans le cerveau par un circuit neuronal… des neurones reliés entre eux par des synapses. A toute situation proche de votre expérience vécue, ce réseau neuronal s’active. Par exemple, si vous avez programmé dans votre inconscient que vous étiez incapable, à chaque situation telle qu’un examen, un entretien d’embauche, votre circuit se réactive et vous perdez votre contrôle.

Déprogrammer vos croyances erronées pour dépasser vos

Tout d’abord en examinant la croyance et ses racines, vous allez vous apercevoir que chaque croyance n’est donc qu’une simple hypothèse, mais pas la vérité. D’ailleurs, vous pouvez souvent trouver dans votre vie des exemples où la croyance ne s’est pas avérée vraie.

Dès que vous comprenez que cette croyance n’est pas la vérité, elle perd son pouvoir et cesse d’alimenter la peur.

Faut-il encore identifier ses croyances. Et oui, elles vont tellement partie de votre vie que vous  en êtes pas toujours conscient.

Voici les 4 étapes pour déprogrammer vos croyances limitantes

  1. Reconnaître et examiner chacune de vos croyances. Vous pouvez identifier vos peurs et chercher la racine de cette peur. vous pouvez également demander à votre entourage proche bienveillant.
  2. Arrêter de vous identifier à elles.
  3. Trouver une situation où la croyance s’est révélée erronée. Essayez alors de comprendre ce qui s’est passé pour découvrir notre croyance ressource.
  4. Prouver le contraire par de petites actions.

Vous pouvez vous faire aider par un thérapeute notamment lorsque la croyance ou la peur empoisonne vraiment votre vie. En effet, des méthodes telles que l’hypnose, la méthode Décémo, la méthode des 2 points agissent directement sur l’inconscient. Ce sont des techniques efficaces de déprogrammation.

En conclusion, il est important de se rappeler que l’opposé de l’Amour n’est pas la haine mais la peur. Si vous souhaitez avoir une vie plus sereine, vivre dans l’amour, l’amour de soi tout comme l’amour des autres, il est nécessaire vous libérer de vos peurs, vos croyances.

Pour en savoir plus, venez à la conférence le 17 novembre à la Maison des Associations à Grenoble – Entrée gratuite

Dépasser ses peurs pour une vie plus épanouie

Ne vous laissez pas envahir par la négativité

Mis en avant

Nous sommes entourés de négativité 

Pour constater cette invasion de négativité, il suffit de regarder les journaux télévisés, le titre des journaux. Ils ne cessent pas de répéter le nombre de morts ou de cas positifs au Covid, sans pour autant nous préciser s’ils sont asymptomatiques ou non.

Non seulement cela les médias mais aussi les personnes de votre entourage influent sur cette négativité. Sans vraiment vous en rendre compte.

Souvent ces personnes sont pessimistes, elles voient surtout le verre à demi vide et vous entraînent dans leur vision noire du monde. L’actualité diffuse essentiellement des nouvelles autour de la maladie, de morts, d’expulsions, de catastrophes, …

Ces tendances négatives s’insinuent peu à peu dans votre vie jusqu’à oublier les côtés positifs de toute situation. Cela vous vide de votre énergie comme si vous nourrissiez cet égrégore de négativité en lui donnant toute sa place.

Comment vous protéger de cette négativité

Il est donc important d’abord de prendre conscience des différentes sources de négativité et de vous en protéger. Voici donc quelques clés pour rester positif.

Créez-vous une bulle pour vous protéger de cette négativité

Si vous devez rencontrer des personnes à tendance négative, visualisez une bulle tout autour de vous remplie de lumière tout en étant persuadé que rien ne peut vous arriver dans cet halo de lumière. Comme le cerveau ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire, vous vous créer une bulle de protection.

Maîtrisez vos pensées pour ne pas vous laissez entraîner par les pensées négatives

La pensée crée. Donc pour éviter de rentrer dans cette morosité, ce côté déprimant, soyez d’abord conscient de vos pensées. Puis ne donnez pas vie à toutes vos pensées négatives, remplacez les par des pensées positives. Ou alors dans une situation difficile, essayez de trouver le côté positif.  

Souriez aux personnes, à la vie

Des études prouvent que le fait de sourire pourrait libérer de la dopamine et ainsi équilibrer les émotions négatives par des pensées positives. Le sourire a également un effet sur les autres, il est communicatif. En souriant à votre entourage, vous les aidez à voir la vie du bon côté.  

Acceptez vos erreurs

Comme le disait Nelson Mandela « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » Donc lorsque vous vous trompez, vous avez fait fausse route, essayez d’évaluer tout ce que cette erreur vous a appris. Chaque pas dans la vie est un apprentissage. Une erreur est une opportunité pour changer. Et donc apprenez à vous pardonner pour toutes les erreurs et les injustices que vous avez commises.

 « La pire erreur à faire est de constamment avoir peur de faire une erreur. » (Elbert Hubbard)

Remplissez-vous de positif

Augmentez votre champ énergétique. Dès que vous le pouvez, allez vous promener dans un coin de nature. Les arbres, les fleurs vous remplissent de leur énergie : la nature n’est pas comme peuvent l’être certaines personnes, un vampire énergétique. Loin de là, elle vous nourrit. Remerciez donc Dame Nature de tout ce qu’elle peut vous donner.

Éteignez toutes les sources d’information négatives, éloignez-vous des personnes négatives. A la place, offrez-vous un moment de détente tout en écoutant de la musique calme qui ressource. Ou faites du sport pour libérer des endorphines. En prenant consciemment soin de vous, vous remplissez de positif, véritable bouclier qui vous protège de toute cette négativité.

Ne vous laissez pas imprégné de cette négativité si vous souhaitez avoir une vie plus sereine.

Être plus heureux

Mis en avant

Bonnie Ware, une infirmière Australienne a recueilli les témoignages de nombreuses personnes âgées. De ces témoignages, ressortent les 5 principaux regrets de ces êtres au seuil de la mort.

  • S’autoriser à être plus heureux.
  • Vivre sa vie et pas celle des autres
  • Consacrer moins de temps à son travail
  • Exprimer plus de sentiments
  • Partager avec des amis

Et vous, vous autorisez-vous à être plus heureux ? Si vous pensez que vous pouvez être encore plus heureux, poursuivez cette lecture.

Quels sont vos choix face à la vie

Vous avez le libre arbitre pour choisir d’être ou non plus heureux. Cependant comme l’a défini  Carlo Moïso, Psychiatre et figure importante de l’analyse transactionnelle,  il existe 5 cas (les 5i) où vos seuls choix sont soit de subir soit d’accepter.  

  • Injustice de la vie : un accident, un départ subit, une maladie, … Dans ce cas, vous pouvez subir dans le sens où vous devenez victime ou encore bourreau par esprit de vengeance. Vous pouvez également choisir d’accepter la situation, d’en faire une opportunité pour en retirer des apprentissages. Cette dernière solution demande plus de maîtrise, de volonté et est cependant source de mieux-être.
  • Inadéquation de l’Homme : ses imperfections. Chaque être humain a ses qualités et ses défauts mais souvent cherche à cacher ses imperfections pour avoir une image de parfait. Ainsi il subit et est malheureux de ne pas être parfait. Être conscient et accepter son côté ombre permet de vivre plus en harmonie avec soi et les autres.
  • Inévitabilité de la fin et de la mort : tout a une fin, la vie, son activité professionnelle, les moments de joie et de partage. Subir c’est ignorer cette fin et la vivre comme une fatalité. Accepter une fin  équivaut à s’y préparer, à l’accueillir sans crainte.
  • Irréversibilité du passé : il vous est impossible de changer le passé. Donc soit vous vivez dans vos souvenirs, dans vos regrets, soit vous tirez les leçons positives du passé pour les intégrer dans le moment présent.
  • Imprévisibilité du futur : il n’est pas possible de prévoir précisément le futur. Il est juste possible d’ensemencer dans le présent du positif pour en récolter les fruits. Subir le futur, c’est faire la politique de l’autruche, ignorer les conséquences de ses actes ou encore vivre dans la peur. Accepter le futur c’est être ouvert à tout ce qui peut arriver et c’est également agir en pleine conscience au présent.

Comment être plus heureux

Donc pour être plus heureux, c’est prendre la décision d’accepter la vie, de dire oui à la vie, comme l’explique ViKtor Frankl dans son livre. Alors pour vous aider à accepter les événements de la vie, à vous accepter tel que vous êtes, une des positions idéales est d’être observateur de ce qui nous arrive. C’est donc prendre de la hauteur.  

Le bonheur vient de nous, de notre façon de percevoir le monde. Cela commence par voir le verre à demi plein. Pour vous entraîner, je vous invite à regarder le côté positif des situations. Par exemple, vous êtes célibataire et n’arrivez pas à rencontrer l’âme sœur. Alors listez tous les avantages d’être seul-e et profitez de ces facettes positives. Il est important de prendre conscience qu’être heureux ne dépend pas de l’autre mais que de vous.

Une autre clé pour plus de bonheur consiste à identifier ses valeurs et les respecter. Les mêmes valeurs sont propres à chacun. Une valeur est ce qui est important. Elles peuvent être le partage, le respect, la générosité, la liberté, la confiance, l’altruisme, la beauté, … J’ai remarqué que lorsque des personnes viennent vers moi pour des problèmes de travail, de vie de couple, ces problèmes sont le plus souvent liés au non-respect de leurs principales valeurs.

Prenez également conscience de vos besoins. Qu’est-ce qui au fond de vous, vous ferez plaisir, de quoi avez-vous besoin ? De plus de temps pour vous ? De vous retrouver dans la nature, à la mer ou autre lieu ? De voir plus souvent vos amis ? Souvent les personnes répondent aux besoins des autres en oubliant les siens. Or en assouvissant ses besoins, vous serez nourri et pourrez partager cette joie avec les autres.

Voici encore un autre conseil pour être plus heureux : apprenez à monter en vibration. Cela peut passer par une bonne nourriture, plus de contact avec la nature, écouter de la musique, méditer… Vous prenez alors soin de vous, de votre bien-être intérieur.

En conclusion, être plus heureux ne dépend que de vous. C’est un choix face à la vie. A vous de choisir !

Le bonheur est une décision que nous prenons d’être heureux quoiqu’il arrive

André maurois

Augmentez votre taux vibratoire pour être au top !

Mis en avant

Vous ne vous sentez pas bien après ces mois difficiles ? C’est sûrement à cause de votre champ énergétique, votre faible taux vibratoire … Le champ est votre rayonnement énergétique. Tout vibre dans la nature.

Et l’énergie qui circule dans votre corps appelée par les Orientaux Qi, Chi, ou encore Prana forme un champ énergétique qui vous entoure.  Il est garant de votre bien-être physique, mental, et émotionnel. Ces vibrations émises par votre corps sont en relations avec tout ce qui vous entoure.

Le taux vibratoire se mesure en unités de Bovis par un radiesthésiste le plus souvent avec un pendule à l’aide d’un cadran. La zone de bonne santé se situe au-dessus de 12 000 UB (unités Bovis).

Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence, d’information et de vibration. 

NIKOLA TESLA
Pendule cadran

Vous avez tout pouvoir pour agir sur votre champ énergétique.

Le jour où vous vous sentez bien, heureux, alors votre taux vibratoire s’élève.
A contrario, vous vivez peut-être des journées où tout semble bloqué, rien ne va dans la direction souhaitée. Votre champ est alors plus faible. Cela est souvent dû à des peurs, des  problèmes de santé, des émotions négatives qui vous traversent et peut-être même un état dépressif.

Que faire pour augmenter votre taux vibratoire ?

  • Ayez une vie saine. « Que ton alimentation soit ta première médecine »  nous préconisait Hippocrate. Privilégiez donc des fruits et légumes frais, locaux, de saison et peut-être bio. Limitez la consommation de viande qui conserve la mémoire des souffrances de l’animal. Réduisez également la consommation de sucre, de produits industriels, d’alcool, de cigarette. Buvez de l’eau saine que vous pouvez placer au soleil. En plus de votre alimentation, essayer de pratiquez une activité physique : le mouvement active le taux vibratoire.
  • Vivez dans un lieu présentant un bon niveau vibratoire que ce soit chez vous comme au travail, notamment aux endroits où vous passez du temps (lit, canapé, bureau). Savez-vous qu’il existe des lieux énergivores qui vous fatiguent. Si tel est le cas, n’hésitez pas à faire appel à un géobiologue.
  • Ressourcez-vous dans la nature. La nature est un grand réservoir d’énergie. Les arbres, les plantes, les roches et cristaux émettent une énergie puissante. Alors n’hésitez pas à marcher pieds nus dans l’herbe, vous accolez à un arbre, vous baladez dans la forêt ou tout simplement jardinez sur votre balcon.
  • Regardez le verre à demi-plein et restez positif. Cela commence par arrêter de se plaindre, de critiquer les autres et de se juger ou se dévaloriser. Apprenez à cesser toute pensée ou parole négative en la remplaçant immédiatement par une pensée positive. Réjouissez de ce que vous avez, de ce que vous êtes. Soyez dans la gratitude qui lorsqu’elle est sincère, accroît votre champ énergétique.
  • Retrouvez votre âme d’enfant. Gardez le sourire sur vos lèvres, souriez aux personnes que vous croisez. Osez également rire, vous amusez comme le ferez un enfant. Si vous vous sentez en basse énergie, regardez un film drôle et lâchez-vous.
  • Faites appel aux objets de forte vibration. Vous savez que des musiques telles que celles de Mozart ou d’autres spécialement étudiées, que le son des bols tibétains font vibrer et ont donc un impact puissant sur votre champ énergétique. Ayez également recours à des dessins, des peintures, des sculptures de géométrie sacrée. Les minéraux contribuent aussi à accroître son taux vibratoire : chaque pierre a son secret, choisissez celle qui vous attire intuitivement.
Bols tibétains
La vibration du bol tibétain impacte notre champ énergétique
  • Respirez la vie. Une respiration consciente est une autre voie pour augmenter votre champ vibratoire. La cohérence cardiaque permet de réduire le stress et de procurer un sentiment de paix et d’amour. Cette pratique permet d’augmenter votre résilience et donc de surmonter plus facilement des épreuves.
  • Méditez. La méditation aide à vous ressourcer et à atteindre un état zen. Elle permet d’amplifier considérablement votre champ vibratoire. 
  • Offrez-vous un soin énergétique. Un soin énergétique tel qu’un soin reconnectif permet de se recharger rapidement en énergie. Que ce soit en direct ou à distance, le soin agit spontanément sur vos corps énergétiques. Faites appel à un praticien qui vous inspire.

Et pour conclure,

Je vous dirai surtout agissez et appliquez-vous à rester constant dans vos efforts pour émettre une bonne vibration.

Il est essentiel d’avoir un taux vibratoire élevé pour rester en bonne santé, attirer à vous du positif et vivre une vie épanouie.

Qui gère notre vie : l’inconscient ou la conscience

Mis en avant

Nous avons  souvent l’impression de subir le flux de notre mental, d’agir à partir de l’inconscient. Alors que parfois nous avons le sentiment d’être acteur de notre vie, d’agir en conscience.

Le cerveau humain est extraordinaire !

C’est dans le cerveau que s’entremêlent conscience et inconscient. Voici quelques chiffres pour illustrer ce propos :

  • Nous avons environ 60 000 pensées par jour, soit une pensée/seconde
  • Nous naissons avec 100 milliards de neurones
  • Si on mettait bout à bout chaque fibre de votre cerveau, on aurait un fil de 180 000 km de long
  • L’information circule à 430 km/h
  • Le cerveau reçoit 40 millions d’information à la seconde traité par l’inconscient.

Notre cerveau inconscient est plus rapide et puissant que notre cerveau conscient, d’où son pouvoir sur notre vie !

Circuit neuronaux  - Image de Colin Behrens de Pixabay

Qu’est-ce que l’inconscient par rapport à la conscience ?

Si nous comparons l’inconscient à un iceberg, l’inconscient serait la partie immergée alors que le conscient est la partie visible au-dessus de l’eau. Autant dire qu’en moyenne, nous n’avons conscience que de 5 à 10%, le reste étant régi par l’inconscient.

L’inconscient pourrait être également assimilé à un système d’exploitation d’un ordinateur tel que Windows, Mac Os ou Android. Le corps serait alors le hardware. Il réagit aux ordres donnés par notre partie inconsciente. Nous n’avons pas conscience de déplacer nos muscles et nos pieds lorsque nous marchons ni de monter la fourchette à notre bouche pendant un repas. Ce sont des automatismes.

La partie inconsciente de notre cerveau reçoit, analyse et stocke des millions d’informations. Elle garde en mémoire tout notre histoire de vie depuis notre conception même ce que nous croyons avoir oublié, tel un puissant disque dur.

Quel est le rôle de l’inconscient ?

Son principal rôle est de nous protéger en assimilant la situation présente avec notre vécu. L’inconscient trouve des solutions pour assurer notre survie.

Pour cela, il nous permet d’oublier nos peurs, nos souffrances, nos blessures. Cependant, elles sont toujours présentes. Ce sont ces peurs, ces blessures, ces croyances limitantes qui provoquent dans notre vie des blocages.

Pour illustrer ce propos, prenons l’exemple d’un père qui était violent avec sa fille. Dans l’inconscient de cette fille, il est inscrit que l’homme (le 1er homme de sa vie est souvent son père) est dangereux ou violent ou tout simplement que l’amour s’exprime par la violence. Et cette fille devenue femme va vivre une vie de couple difficile.

Il est possible de retrouver cette mémoire oubliée en état d’hypnose pour mieux comprendre et résoudre notre problématique.

Cependant sans travail sur soi, notre vie est dirigée principalement par notre partie inconsciente. Ainsi, nous agissons ou prenons nos décisions dans la plupart des cas sans réfléchir.

Comment réduire la puissance de notre inconscient  pour plus de conscience ?

Tout simplement en donnant plus d’importance à notre cerveau conscient qui ne gère que 5% de nos actions, nos décisions … notre vie. La conscience est la faculté à se percevoir soi-même et à se reconnaître dans ses pensées et ses actions.

La conscience est créative, nous permet d’aller vers du nouveau alors que l’inconscient ne fait que répéter croyances et habitudes.

Apprendre à mieux se connaître de soi amène à prendre conscience de la partie immergée de l’iceberg psychique. En effet, cette prise de recul permet d’identifier et de mieux comprendre l’origine de nos schémas, de nos réactions, de nos impulsions ou encore de nos peurs.

La phase suivante pour empêcher notre cerveau inconscient de répéter les mêmes schémas est de les déprogrammer. Des méthodes comme l’hypnose humaniste, l’EMDR (ou la méthode DECEMO), l’EFT, la PNL travaillent directement avec l’inconscient et s’avèrent donc être d’efficaces outils de déprogrammation.

Conclusion

Les mécanismes inconscients agissent dans la plupart de nos comportements, choix, décisions. Et nous ne pouvons pas contrôler cet inconscient.

En revanche, en prenant conscience de nos blocages, nos peurs et en les déprogrammant, en vivant plus au moment présent, nous donnons une part plus grande à notre conscient. Ainsi en étant délestés de nos schémas répétitifs, présents à chaque minute sans penser au passé ou au futur, nous vivons une vie plus épanouie !

S’aimer, ça s’apprend !

Mis en avant

S’aimer est la base pour construire des relations harmonieuses avec les autres et pour avoir une vie épanouissante. Le manque d’amour de soi se traduit souvent par une mauvaise estime de soi, par un manque de confiance.

Voici donc quelques exercices pour vous guider vers un plus grand amour de vous-même

1 – Enlevez le filtre négatif de la perception de vous-même.

Il est difficile de s’aimer lorsque vous avez une image négative de vous-même. Pour cela,

  • Acceptez-vous tel que vous êtes. Vous avez comme chacun des défauts et des limites. Listez les dans un premier temps. En face de chacun de ces défauts, notez comment vous comptez vous améliorer. Ensuite, apprenez à les assumer : “oui je suis maladroit.e” ; “oui je ne suis pas doué.e en mathématique”. À partir du moment où vous acceptez d’être imparfait, vous vous sentirez déjà beaucoup mieux.
  • Faites taire votre critique intérieure. Arrêtez de vous juger. Soyez conscient des instants où vous vous critiquez et notez-le dans un cahier prévu à cet effet. Ainsi vous prendrez conscience des instants de dénigrement à votre égard. Vous pourrez comprendre les éléments déclencheurs.
  • Pardonnez-vous. Vous avez sûrement fait des erreurs, commis des injustices. La vie est un apprentissage et ses erreurs font partie de cette expérience. Donc apprenez à vous pardonner.

2 – Pour mieux s’aimer, faites resplendir votre côté positif.

  • Tout d’abord, faites une liste de tous vos talents et de vos qualités pour cultiver une image positive de vous. Écrivez dans votre cahier ce pour quoi vous êtes doué dans la vie, des compliments que les autres vous font régulièrement, de vos qualités, de ce qui fait de vous quelqu’un d’unique.
  • Regardez-vous dans un miroir tous les jours en vous envoyant de l’amour. En vous regardant bien dans les yeux, vous dites 5 fois : «je m’aime. »

3 – Soyez bienveillant avec vous

  • Prenez soin de vous : Consacrez du temps pour vous, offrez-vous des cadeaux. Ces actes sont importants pour apprendre à mieux s’aimer. En prenant soin de vous, vous vous considérez, vous écoutez vos propres besoins. Vous reconnaissez également que vous occupez une place dans le monde et que vous avez le droit de vous sentir bien.
  • Célébrez-vous et récompensez-vous. Sachez vous féliciter lorsque vous réussissez quelque chose, lorsque vous vous dépassez.Ou tout simplement lorsque vous avez osé dire non à une situation qui ne vous plaisait pas.
  • Répétez-vous des affirmations positives. Trouvez-vous les phrases qui vous correspondent  pour vous aider à mieux vous aimer telles que « je m’aime et je suis aimée », « j’existe dans ce monde et j’y suis en sécurité »

4 – Et pour mieux s’aimer

  • Consultez un thérapeute. Cela vous permettra de déprogrammer des croyances profondes inscrites dans votre inconscient. Des méthodes telles que l’hypnose, Decemo (déprogrammation des chocs émotionnels) contribuent à changer ces schémas répétitifs souvent liés à des mémoires, des blessures de l’enfance.
  • Méditez. A l’aide d’une musique relaxante, mettez votre conscience dans chacune des parties du corps en la remplissant d’amour puis entourez-vous d’une bulle d’amour. 
  • Réfléchissez sur les effets obtenus en vous aimant. Plus vous vous aimez, plus vous avez de chances d’en voir les bénéfices dans votre vie au niveau du couple, de la famille, du travail, ….
Apprendre à s’aimer – Photo de Anna Shvets