Apprendre de ses erreurs, un véritable challenge !

Mis en avant

Apprendre de ses erreurs est un véritable challenge qui ne peut que vous faire grandir. Tout parcours d’une vie est bien souvent jonché de déboires, d’échecs et d’erreurs.

Comme l’a si bien dit Nelson Mandela dans cette célèbre citation

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »

Les erreurs, les échecs sont une manière de vous faire avancer, d’apprendre. Car les leçons de la vie ne sont pas contenues uniquement dans la réussite. Qui n’est pas tombé en essayant d’apprendre à marcher ou à faire du vélo ?

Il est donc nécessaire de prendre le temps de vous interroger sur les raisons de l’échec. Cela vous éclairera le chemin pour arriver à la réussite.

Comment apprendre de ses erreurs

Tout d’abord, il est important de reconnaître ses erreurs. Car tôt ou tard la vérité ressortira.

Ensuite, ne pas cédez à la peur répétez-vous ce fameux adage « L’erreur est humaine ». Personne n’est parfait et chacun est venu sur terre pour expérimenter. Trop souvent, dans nos sociétés occidentales, nous avons été éduqués à devenir parfaits avec peu de place à l’apprentissage. Face à un échec, alors de vieilles croyances limitantes telles que « je ne suis pas à la hauteur » « je suis rejeté.e » « Je suis nul.le » ressurgissent et s’expriment par la peur. 

Apprendre de ses erreurs c’est aussi accepter la critique. N’hésitez pas à demander aux personnes qui expriment une critique de la formuler de façon constructive.

D’autre part, une des clés pour surmonter ces erreurs est de garder son optimisme. Pour cela, sachez voir toujours le verre à demi plein et restez certain que toute situation peut s’améliorer.

Tirez des leçons de votre expérience

Cela commence par repenser ou écrire la situation vue par vous. Si cette erreur a eu des conséquences sur une ou plusieurs autres personnes, demandez à ces personnes d’exprimer leur vécu selon leur point de vue toujours dans le but de construire et d’apprendre. Plus vous aurez des angles différents de la situation, plus vous aurez des axes de progrès.

A partir de ce recueil, vous pouvez alors identifier tout ce qui aurait pu être modifié. Ensuite, il est important de séparer ce qui est de votre ressort de ce que vous ne pouviez pas contrôler.

De cette liste d’éléments à transformer qu’il s’agisse d’un comportement, d’un acte ou autre, établissez un plan d’actions pour ne plus répéter ses erreurs. Soyez précis sur chacune de vos actions tout en restant flexible. Par exemple, vous vous êtes mis en colère lors d’une réunion (familiale ou professionnelle), vous pouvez décider de vous concentrer sur une respiration profonde à chaque fois que vous sentez monter la colère.

Attention avec la répétition des échecs !

Souvent c’est plus fort que vous et vous répétez sans cesse les mêmes erreurs. Cela provient dans la plupart des cas de circuits neuronaux inscrits dans votre inconscient. Ces schémas ont souvent pris place dans votre plus jeune âge. Ce circuit neuronal se réactive à chaque situation similaire. Comme le flux de cerveau inconscient est plus rapide que votre néocortex analytique, vous réagissez avant de penser aux conséquences. Si par exemple, votre croyance est « je suis nul.le » lors d’un examen, d’un rendez-vous, le stress peut vous bloquer malgré toute la préparation ou toutes vos bonnes intentions. Autre exemple, vous avez eu un père absent ou qui ne s’est guère occupé de vous, votre croyance peut être « je suis rejetée, pas aimée… par mon père, et donc en tant que 1er homme dans votre vie, par les hommes ». Et par conséquent, vous pouvez inconsciemment vous faire rejeter par vos compagnons.

Il est donc judicieux de vous faire aider par un thérapeute pour déprogrammer toutes les croyances, peurs qui vous paralysent la vie. L’hypnose humaniste ou la méthode Decemo sont des méthodes efficaces pour travailler sur l’inconscient et reprogrammer ces croyances.

« Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger. »

John C. Maxwell

Et en conclusion, n’hésitez pas à regarder la vidéo de « Tout le monde s’en fout » sur les erreurs