Devenez responsable de la qualité de votre vie

Il est bien plus facile de rejeter la faute sur les autres, de fuir sa part de responsabilité. Cependant, il y a tant à gagner de devenir responsable de sa vie.

Chacun traverse durant sa vie des périodes difficiles, des moments de crise ou de souffrance plus ou moins intenses. En revanche, la différence entre les personnes vient de la façon dont ils choisissent de réagir face aux épreuves de la vie.

En effet, vous êtes à 100% responsable de la manière d’agir et de ressentir quelles que soient les drames, les difficultés ou les changements que vous traversez.

Par exemple, vous vous trouvez confiner suite à une décision gouvernementale. Est-ce que vous êtes dans la peur ou la colère ? Ou simplement, vous accueillez cet arrêt de la course de la vie comme un cadeau pour profiter de chez vous, pour vous accorder une heure de marche par jour, pour peut-être faire tout ce que vous n’aviez pas le temps de faire.

Comment assumer  la responsabilité de votre vie ?

Tout d’abord, commencez à être plus conscient de vos pensées, de vos actions et de vos réactions face à diverses situations de la vie courante. Cela vous permettra de devenir petit à petit plus responsable. Une personne vous agresse verbalement dans la rue : répondez-lui sur le même ton ou prenez-vous du recul en vous disant qu’elle doit être mal pour réagir de cette façon ?

Ensuite, évitez de vous rendre coupable même si vous avez pris la mauvaise décision. Au moment où vous avez fait un choix, aviez-vous toutes les informations nécessaires pour prendre la bonne décision. Rappelez-vous la citation de Nelson Mandela « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends« . Tirez donc des leçons de votre choix.

Le 4ème accord toltèque « fais de ton mieux » est une clé pour diminuer cette culpabilité potentielle même si vous n’avez pas réussi selon les normes définies par vos proches, par la société.

Pour devenir responsable de votre vie, vous devez sortir du rôle de victime. Devant chaque situation, n’accusez personne et essayez  plutôt de comprendre votre part de responsabilité. Pour cela, prenez de la hauteur, du recul sur la situation pour ne pas vous laisser envahir émotionnellement.

Changer votre champ

La loi d’attraction peut se résumer à « tout semblable attire son semblable ». Vous attirez donc le plus souvent inconsciemment tout ce que vous vivez : votre conjoint, votre travail, vos amis, … Et ce, par vos pensées, vos croyances, vos blessures. Tout ce que vous avez vécu, ce que vous vivez est inscrit dans un champ vibratoire autour de vous. Si par exemple, un enfant a un de ses parents violent, adulte il pourra attirer un conjoint ou un ami violent car inconsciemment, il a pu s’inscrire via ses réseaux neuronaux, une croyance telle que l’amour était violence.

Pour modifier ces informations, il est important de déprogrammer vos croyances erronées non seulement en en prenant conscience mais également en travaillant sur votre inconscient par des méthodes telles que l’hypnose, l’EFT, la méthode DECEMO, …

Ainsi vous passez de l’état de coupable ou de victime et vous devenez acteur. En travaillant sur vos croyances, vos schémas répétitifs, vous attirez d’autres situations, d’autres personnes qui sont plus adéquation avec votre moi profond. Vous devenez alors créateur de votre vie.

Voyez-vous la vie comme un verre à demi-plein ou à demi-vide ?

Mis en avant

Voir le verre à moitié plein apporte une vision optimiste de la vie. En revanche, voir le verre à demi vide procure une  représentation plus pessimiste. Vous pouvez donc avoir une vision opposée du monde selon si vous êtes plutôt pessimiste et optimiste. Alors quelle est la meilleure approche ? Quels les avantages et les inconvénients de chacune de ces visions.

La plus grande différence entre ces deux approches porte sur la façon dont vous appréhendez un problème ou une difficulté. 

Verre demi plein ou demi vide
Verre demi plein ou demi vide ?

Êtes-vous plutôt pessimiste ?

C’est-à-dire voyez-vous davantage le verre à moitié vide ? Est-ce que vous dites régulièrement « ça ne marchera pas ou ça n’a jamais marché pour moi », « je ne peux pas », « c’est compliqué »

Alors vous avez tendance à être plutôt pessimiste. Vous observez surtout le côté négatif d’une situation. Vous vous inquiétez des dangers potentiels et vous pouvez même avoir peu d’espoir sur le futur.

Lorsqu’une situation difficile apparaît, vous avez plutôt tendance à rester passif.ve ou même à l’aggraver.

Attention, rien n’est blanc ou noir. Cette vision pessimiste vous permet d’évaluer plus en profondeur une situation, d’en voir les risques éventuels et de mieux les gérer. Vous êtes plus prévisible face à des obstacles et vous pouvez donc vous en protéger.

Êtes-vous plutôt optimiste ?

Vous voyez davantage le côté positif des événements, des personnes, des situations. Vous avez développé la pensée positive.

Face à des difficultés, vous essayez de détecter les avantages, les solutions et vous êtes alors plus armé.e pour les surmonter. Vous ne perdez pas espoir et vous avez tendance à être confiant.e et à avoir espoir en l’avenir.

Cette version positive de la vie est utile lors d’une période de transition, vous êtes moins stressé.e. Vous avez moins de risque d’entrer en dépression.

Cependant il y a aussi des inconvénients à ne regarder que le verre à demi-plein. Effectivement, cet excès de confiance en la vie, en les gens peut vous amener à prendre des décisions imprudentes.

D’autre part, le regard positif sur de la souffrance peut même aller jusqu’à vouloir ignorer ses sentiments. Or toute réaction émotionnelle doit être accueillie, acceptée et non enfouie.

État d'esprit positif

La meilleure solution : un état d’esprit positif

Un état d’esprit positif renforce votre confiance en vous. Cela signifie que vous croyez en vous et en vos capacités. Dans cet état d’esprit, vous n’ignorez cependant pas les obstacles. Vous sentez que vous êtes capables de les surmonter. Quelles que soient les circonstances, vous êtes prêt.e à faire de votre mieux.

Pour développer cet état d’esprit positif, il est nécessaire de voir chacune des situations difficiles de plusieurs façons.

Tout d’abord, d’un point de vue émotionnel pour comprendre ce que à quoi cette situation vous fait écho. Quels sont vos besoins à satisfaire, quelles peurs avez-vous éveillé ? Ces peurs, ces besoins sont souvent liés à des croyances dites limitantes. Donc pour atteindre cet état, il est important de déprogrammer toutes ces croyances avec des méthodes telles que l’hypnose, l’EFT, …

Une autre façon positive de regarder les situations désagréables est d’en tirer les leçons. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ? Et ainsi, vous pourrez établir de nouvelles solutions au cas où vous rencontriez des situations similaires.

Conclusion

Bien que parfois utile, être trop pessimiste peut s’avérer nuisible, ne serait-ce pour votre bien-être. À l’opposé, ne voir que le verre à demi-plein permet de surmonter plus facilement des épreuves mais cela peut également vous conduire à faire des erreurs.

La juste position est cet état positif qui permet d’accepter toutes les situations et les examiner sous tous ses angles afin d’en tirer des axes d’amélioration, d’identifier vos faiblesses et d’y remédier.

Apprendre de ses erreurs, un véritable challenge !

Mis en avant

Apprendre de ses erreurs est un véritable challenge qui ne peut que vous faire grandir. Tout parcours d’une vie est bien souvent jonché de déboires, d’échecs et d’erreurs.

Comme l’a si bien dit Nelson Mandela dans cette célèbre citation

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »

Les erreurs, les échecs sont une manière de vous faire avancer, d’apprendre. Car les leçons de la vie ne sont pas contenues uniquement dans la réussite. Qui n’est pas tombé en essayant d’apprendre à marcher ou à faire du vélo ?

Il est donc nécessaire de prendre le temps de vous interroger sur les raisons de l’échec. Cela vous éclairera le chemin pour arriver à la réussite.

Comment apprendre de ses erreurs

Tout d’abord, il est important de reconnaître ses erreurs. Car tôt ou tard la vérité ressortira.

Ensuite, ne pas cédez à la peur répétez-vous ce fameux adage « L’erreur est humaine ». Personne n’est parfait et chacun est venu sur terre pour expérimenter. Trop souvent, dans nos sociétés occidentales, nous avons été éduqués à devenir parfaits avec peu de place à l’apprentissage. Face à un échec, alors de vieilles croyances limitantes telles que « je ne suis pas à la hauteur » « je suis rejeté.e » « Je suis nul.le » ressurgissent et s’expriment par la peur. 

Apprendre de ses erreurs c’est aussi accepter la critique. N’hésitez pas à demander aux personnes qui expriment une critique de la formuler de façon constructive.

D’autre part, une des clés pour surmonter ces erreurs est de garder son optimisme. Pour cela, sachez voir toujours le verre à demi plein et restez certain que toute situation peut s’améliorer.

Tirez des leçons de votre expérience

Cela commence par repenser ou écrire la situation vue par vous. Si cette erreur a eu des conséquences sur une ou plusieurs autres personnes, demandez à ces personnes d’exprimer leur vécu selon leur point de vue toujours dans le but de construire et d’apprendre. Plus vous aurez des angles différents de la situation, plus vous aurez des axes de progrès.

A partir de ce recueil, vous pouvez alors identifier tout ce qui aurait pu être modifié. Ensuite, il est important de séparer ce qui est de votre ressort de ce que vous ne pouviez pas contrôler.

De cette liste d’éléments à transformer qu’il s’agisse d’un comportement, d’un acte ou autre, établissez un plan d’actions pour ne plus répéter ses erreurs. Soyez précis sur chacune de vos actions tout en restant flexible. Par exemple, vous vous êtes mis en colère lors d’une réunion (familiale ou professionnelle), vous pouvez décider de vous concentrer sur une respiration profonde à chaque fois que vous sentez monter la colère.

Attention avec la répétition des échecs !

Souvent c’est plus fort que vous et vous répétez sans cesse les mêmes erreurs. Cela provient dans la plupart des cas de circuits neuronaux inscrits dans votre inconscient. Ces schémas ont souvent pris place dans votre plus jeune âge. Ce circuit neuronal se réactive à chaque situation similaire. Comme le flux de cerveau inconscient est plus rapide que votre néocortex analytique, vous réagissez avant de penser aux conséquences. Si par exemple, votre croyance est « je suis nul.le » lors d’un examen, d’un rendez-vous, le stress peut vous bloquer malgré toute la préparation ou toutes vos bonnes intentions. Autre exemple, vous avez eu un père absent ou qui ne s’est guère occupé de vous, votre croyance peut être « je suis rejetée, pas aimée… par mon père, et donc en tant que 1er homme dans votre vie, par les hommes ». Et par conséquent, vous pouvez inconsciemment vous faire rejeter par vos compagnons.

Il est donc judicieux de vous faire aider par un thérapeute pour déprogrammer toutes les croyances, peurs qui vous paralysent la vie. L’hypnose humaniste ou la méthode Decemo sont des méthodes efficaces pour travailler sur l’inconscient et reprogrammer ces croyances.

« Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger. »

John C. Maxwell

Et en conclusion, n’hésitez pas à regarder la vidéo de « Tout le monde s’en fout » sur les erreurs

L’hypnose, une méthode efficace pour sortir de nos schémas répétitifs

Mis en avant

Et si notre vie était dans 95% dirigée par notre inconscient ? Toutes nos programmations, nos schémas, nos croyances sont inscrits dans notre subconscient ou inconscient. Cette sphère d’activité du cerveau agit comme un disque dur. Seules des méthodes comme l’hypnose, l’EMDR, l’EFT sont capables de travailler avec l’inconscient et de déprogrammer nos schémas répétitifs.

Qu’est-ce que l’inconscient ?

C’est le siège de tous nos automatismes. Et il est très utile dans ce sens. Lorsque nous marchons, nous conduisons, nous n’avons pas à mettre de la conscience sur chacun des gestes. Les milliards de neurones reliés entre eux par les synapses se mettent en action.

Notre inconscient est très puissant. Il est capable de traiter 2000 informations par seconde. Il est toujours en activité même lorsque nous dormons. Et heureusement car nous continuons à respirer, à vivre ! Sa principale mission est de nous protéger. Seulement il peut faire des erreurs. Comme un ordinateur, il associe chaque réponse à une situation connue et peut ainsi se tromper sur le degré de menace. Il peut même nous cacher des mémoires pour nous préserver.

Circuit neuronaux schémas répétitifs

C’est dans ce subconscient que sont inscrits toutes les expériences, toutes les pensées et surtout toutes les croyances que nous avons enregistrées dès notre plus jeune âge. Notre inconscient a la mémoire de tout ce qui s’est passé dans notre vie de l’enfance à l’âge actuel, même ce que nous croyons avoir oublié. C’est lui qui pilote notre corps mais aussi nos choix de vie. Ainsi, la plupart de nos comportements, de nos décisions, sont dictés par des mécanismes inconscients.

Si par exemple, vous n’étiez pas attendu.e à la naissance, si vous n’avez pas trouvé votre place dans votre fraterie, dans votre famille, vous allez inscrire dans votre inconscient que vous êtes rejeté.e. Et tout au long de votre vie, des situations de rejet vont se présenter à vous que ce soit au lycée, au travail et même au sein de votre couple.

La conscience ne peut pas agir sur l’inconscient.

« La conscience est créative alors que l’Inconscient ne l’est pas, il est comme une machine. Nous créons seulement 5% de notre vie et 95% de notre vie est composée d’habitudes et de croyances »

Bruce Lipton – Biologie des Croyances

La conscience utilise nos sens. Elle nous permet d’analyser, de raisonner, de réfléchir, d’avoir des pensées logiques.

Dans un état conscient, nous pouvons prendre conscience de soi, de notre existence, de nos comportements et de schémas répétitifs. Nous sommes également conscients du monde qui nous entoure.

Vouloir être heureux.se, en bonne santé, avec des personnes que nous aimons sont des pensées issues de notre conscience. Mais dicter ces pensées à notre inconscient, c’est comme parler devant un ordinateur… rien ne se produira !

L’hypnose une technique efficace pour sortir de nos schémas répétitifs

L’hypnose est une des méthodes qui dans un état de conscience modifiée, agit sur notre état inconscient.

C’est loin de l’hypnose de rue ou de spectacle où nous pouvons être amenés à faire des choses déconcertantes. La spécificité de l’hypnose humaniste est d’être spécialement éveillée pour agir nous-mêmes sur nos propres problèmes.

Le travail se fait à un niveau profond de notre inconscient pour le reprogrammer avec ce que nous souhaitons réellement : être aimé, être plus heureux, … Accompagné par le thérapeute, nous pouvons ainsi transformer nos croyances limitantes et donc nos schémas répétitifs en croyances positives.

Libérer de ses schémas répétitifs

Dépasser vos peurs pour une vie plus sereine

Mis en avant

Qu’est-ce que la peur

La peur est une émotion nécessaire à tout être vivant pour l’aider à faire face à un danger réel. Cela permet de mettre notre corps en alerte lorsqu’il y a un danger véritable : un animal prêt à nous attaquer, une voiture qui se dirige droit sur nous, … Il s’agit de peurs réelles.

Cependant une grande majorité des peurs sont irréelles, c’est-à-dire que votre corps réagit face un danger imaginaire.

Ces peurs irréelles peuvent être d’ordre physique (peur de l’avion, peur d’une araignée, peur du noir, …). Et elles peuvent également être d’ordre émotionnel ou mental : peur de l’échec, peur de l’abandon, peur de la critique, peur de s’exprimer avec les autres, peur de l’inconnu ….

En fait, toutes ces peurs proviennent de votre inconscient, véritable disque dur où tout schéma s’inscrit. Elles proviennent de mémoires engrammées liées à des événement passés qui se réactive dans le moment présent. Ce type de peur vous empêche d’être vous-même et de vivre pleinement vos expériences.

Vos croyances

Tout d’abord, il faut avoir conscience que les peurs ne sont dans la plupart des cas qu’une conséquence. Effectivement, les véritables causes de vos peurs sont des croyances dites limitantes.

Une croyance est une pensée racine à laquelle vous croyez comme certaine. Les croyances se construisent dès votre enfance à travers vos parents, vos proches, votre vécu ou suite à une expérience émotionnelle forte.

Voici quelques exemples : Je ne suis pas capable – l’argent, c’est difficile à gagner – C’est trop dur – Je ne suis pas assez bien  – Je n’ai pas ma place – Je n’ai pas de chance – Je ne mérite pas d’être aimé.e – C’est trop tard pour me changer – Je dois être parfait.e pour être aimé.e ect. …

Vos croyances vous manipulent : elles sont de véritables freins à votre épanouissement car vous vous êtes habitués à elles. Chaque croyance est identifiée dans le cerveau par un circuit neuronal… des neurones reliés entre eux par des synapses. A toute situation proche de votre expérience vécue, ce réseau neuronal s’active. Par exemple, si vous avez programmé dans votre inconscient que vous étiez incapable, à chaque situation telle qu’un examen, un entretien d’embauche, votre circuit se réactive et vous perdez votre contrôle.

Déprogrammer vos croyances erronées pour dépasser vos

Tout d’abord en examinant la croyance et ses racines, vous allez vous apercevoir que chaque croyance n’est donc qu’une simple hypothèse, mais pas la vérité. D’ailleurs, vous pouvez souvent trouver dans votre vie des exemples où la croyance ne s’est pas avérée vraie.

Dès que vous comprenez que cette croyance n’est pas la vérité, elle perd son pouvoir et cesse d’alimenter la peur.

Faut-il encore identifier ses croyances. Et oui, elles vont tellement partie de votre vie que vous  en êtes pas toujours conscient.

Voici les 4 étapes pour déprogrammer vos croyances limitantes

  1. Reconnaître et examiner chacune de vos croyances. Vous pouvez identifier vos peurs et chercher la racine de cette peur. vous pouvez également demander à votre entourage proche bienveillant.
  2. Arrêter de vous identifier à elles.
  3. Trouver une situation où la croyance s’est révélée erronée. Essayez alors de comprendre ce qui s’est passé pour découvrir notre croyance ressource.
  4. Prouver le contraire par de petites actions.

Vous pouvez vous faire aider par un thérapeute notamment lorsque la croyance ou la peur empoisonne vraiment votre vie. En effet, des méthodes telles que l’hypnose, la méthode Décémo, la méthode des 2 points agissent directement sur l’inconscient. Ce sont des techniques efficaces de déprogrammation.

En conclusion, il est important de se rappeler que l’opposé de l’Amour n’est pas la haine mais la peur. Si vous souhaitez avoir une vie plus sereine, vivre dans l’amour, l’amour de soi tout comme l’amour des autres, il est nécessaire vous libérer de vos peurs, vos croyances.

Pour en savoir plus, venez à la conférence le 17 novembre à la Maison des Associations à Grenoble – Entrée gratuite

Dépasser ses peurs pour une vie plus épanouie

Qui gère notre vie : l’inconscient ou la conscience

Mis en avant

Nous avons  souvent l’impression de subir le flux de notre mental, d’agir à partir de l’inconscient. Alors que parfois nous avons le sentiment d’être acteur de notre vie, d’agir en conscience.

Le cerveau humain est extraordinaire !

C’est dans le cerveau que s’entremêlent conscience et inconscient. Voici quelques chiffres pour illustrer ce propos :

  • Nous avons environ 60 000 pensées par jour, soit une pensée/seconde
  • Nous naissons avec 100 milliards de neurones
  • Si on mettait bout à bout chaque fibre de votre cerveau, on aurait un fil de 180 000 km de long
  • L’information circule à 430 km/h
  • Le cerveau reçoit 40 millions d’information à la seconde traité par l’inconscient.

Notre cerveau inconscient est plus rapide et puissant que notre cerveau conscient, d’où son pouvoir sur notre vie !

Circuit neuronaux  - Image de Colin Behrens de Pixabay

Qu’est-ce que l’inconscient par rapport à la conscience ?

Si nous comparons l’inconscient à un iceberg, l’inconscient serait la partie immergée alors que le conscient est la partie visible au-dessus de l’eau. Autant dire qu’en moyenne, nous n’avons conscience que de 5 à 10%, le reste étant régi par l’inconscient.

L’inconscient pourrait être également assimilé à un système d’exploitation d’un ordinateur tel que Windows, Mac Os ou Android. Le corps serait alors le hardware. Il réagit aux ordres donnés par notre partie inconsciente. Nous n’avons pas conscience de déplacer nos muscles et nos pieds lorsque nous marchons ni de monter la fourchette à notre bouche pendant un repas. Ce sont des automatismes.

La partie inconsciente de notre cerveau reçoit, analyse et stocke des millions d’informations. Elle garde en mémoire tout notre histoire de vie depuis notre conception même ce que nous croyons avoir oublié, tel un puissant disque dur.

Quel est le rôle de l’inconscient ?

Son principal rôle est de nous protéger en assimilant la situation présente avec notre vécu. L’inconscient trouve des solutions pour assurer notre survie.

Pour cela, il nous permet d’oublier nos peurs, nos souffrances, nos blessures. Cependant, elles sont toujours présentes. Ce sont ces peurs, ces blessures, ces croyances limitantes qui provoquent dans notre vie des blocages.

Pour illustrer ce propos, prenons l’exemple d’un père qui était violent avec sa fille. Dans l’inconscient de cette fille, il est inscrit que l’homme (le 1er homme de sa vie est souvent son père) est dangereux ou violent ou tout simplement que l’amour s’exprime par la violence. Et cette fille devenue femme va vivre une vie de couple difficile.

Il est possible de retrouver cette mémoire oubliée en état d’hypnose pour mieux comprendre et résoudre notre problématique.

Cependant sans travail sur soi, notre vie est dirigée principalement par notre partie inconsciente. Ainsi, nous agissons ou prenons nos décisions dans la plupart des cas sans réfléchir.

Comment réduire la puissance de notre inconscient  pour plus de conscience ?

Tout simplement en donnant plus d’importance à notre cerveau conscient qui ne gère que 5% de nos actions, nos décisions … notre vie. La conscience est la faculté à se percevoir soi-même et à se reconnaître dans ses pensées et ses actions.

La conscience est créative, nous permet d’aller vers du nouveau alors que l’inconscient ne fait que répéter croyances et habitudes.

Apprendre à mieux se connaître de soi amène à prendre conscience de la partie immergée de l’iceberg psychique. En effet, cette prise de recul permet d’identifier et de mieux comprendre l’origine de nos schémas, de nos réactions, de nos impulsions ou encore de nos peurs.

La phase suivante pour empêcher notre cerveau inconscient de répéter les mêmes schémas est de les déprogrammer. Des méthodes comme l’hypnose humaniste, l’EMDR (ou la méthode DECEMO), l’EFT, la PNL travaillent directement avec l’inconscient et s’avèrent donc être d’efficaces outils de déprogrammation.

Conclusion

Les mécanismes inconscients agissent dans la plupart de nos comportements, choix, décisions. Et nous ne pouvons pas contrôler cet inconscient.

En revanche, en prenant conscience de nos blocages, nos peurs et en les déprogrammant, en vivant plus au moment présent, nous donnons une part plus grande à notre conscient. Ainsi en étant délestés de nos schémas répétitifs, présents à chaque minute sans penser au passé ou au futur, nous vivons une vie plus épanouie !

La peur ou l’amour

Mis en avant

Nous vivons dans un monde gouverné par la peur

Aujourd’hui dans cette crise sanitaire, nous sommes conduits par les peurs, la peur d’être malade, de transmettre une maladie à nos proches et surtout celle de mourir.

Cette peur est entretenu par les médias qui au lieu de nous apporter un peu d’optimisme, de lumière, nous abreuvent de chiffres de cas confirmés Covid-19 lorsque le nombre de morts est faible à l’échelle d’un pays de 65 millions d’habitants.

Comme le disait Nicolas Machiavel, « Celui qui contrôle la Peur des gens devient le maître de leurs âmes ».

En plus de cette peur communiquée à une échelle planétaire, nous avons tous nos propres peurs. Elles sont souvent irréelles et sont issus du réseau de croyances que nous avons tissé depuis notre plus jeune enfance. Qui n’a pas eu des peurs telles que celles de ne pas être aimé, de ne pas être à la hauteur ou encore d’être rejeté, d’être abandonné ? Toutes ces peurs émanent d’expériences vécues dès notre venue dans ce monde. Elles se transforment en croyances et deviennent notre réalité.

Or nous savons que selon la loi d’attraction, vivre dans ce sentiment de peur n’attire que des événements ou des faits qui vont valider notre croyance. Cela attise le négatif, les angoisses, les doutes.   

L’amour : une clé pour sortir de cette négativité

Le contraire de l’amour n’est pas la haine. La haine n’est qu’un amour mal vécu, le véritable contraire de l’amour est donc la peur. Comme le dit le sage Osho

« L’amour chasse la peur, la peur chasse l’amour »

Donc une solution pour ne plus être dans la mélasse de la peur serait de réveiller notre force d’amour. Cela commence par l’amour de soi. Un des principaux problèmes de notre société est le manque d’amour pour soi. Bien sûr, il ne s’agit pas de l’amour égotique, de l’orgueil qui ne fait que cacher des peurs. Mais un amour véritable et profond pour soi.

Et ce profond sentiment d’amour alors peut déborder pour toucher nos proches et tout notre environnement. Alors ouvrons nos cœurs et faisons répandre cet effluve d’amour en soi et autour de soi. Car la peur nous fait souffrir, l’amour nous apporte la joie.

Concrètement à chaque fois que vous ressentez de la peur vous envahir, concentrez-vous sur votre cœur. Faites émaner petit à petit cet amour, visualisez un être que vous aimez, sentez ce flux sortir de votre poitrine. Et si cet exercice est encore difficile pour vous, respirez pendant 5 minutes au rythme de la cohérence cardiaque (5 secondes en inspirant de manière fluide  et 5 secondes en expirant)

« Guérir c’est toucher avec de l’amour ce qui a été précédemment touché avec de la peur » Stephen Levine

Changer de vie … est-ce possible

Vous n’êtes pas complètement épanouie dans votre vie, vous souhaitez changer de vie ou au moins un de ses aspects. Alors dites-vous que oui, c’est possible.

Osez changer ! Ne faites pas comme beaucoup de personnes qui se plaignent, qui subissent leur vie au lieu de la prendre en main ou encore qui attendent que le changement arrive par miracle. Rappelez-vous que selon des sondages auprès de personnes en fin de vie, leur principal regret est de ne pas avoir fait ce qu’elles auraient souhaité. Alors offrez-vous une vie épanouissante que vous aurez plaisir à raconter à vos petits-enfants ou à votre entourage. Donnez-vous pour objectif de quitter cette incarnation sans regret.

Alors comment oser changer de vie 

Tout d’abord commencez par vous fixer un objectif à un an, 2 ans et même 10 ans. Inscrivez cet objectif dans un cahier. Posez-vous les questions : Où voulez-vous être ? Que souhaitez-vous faire ? Et vous pouvez détailler les réponses par ce qui est appelé en coaching, domaine de vie. Les principaux domaines de vie sont : soi, le couple, la famille-amis, le travail, le social-les copains.

Pour chaque domaine de vie, écrivez ce que vous souhaitez au plus profond de vous, lâchez-vous, rêvez, osez ! Ainsi, vous semez des graines.

Changer de vie

La 2ème étape est de comprendre pourquoi vous en êtes arrivé là.

Pour essayer de mieux comprendre votre situation, n’hésitez pas à liste dans votre cahier tout ce qui ne vous convient plus. Et en parallèle notez les circonstances qui vous ont amené là.

D’autre part, il est important de mettre en conscience toutes vos croyances dites limitantes. Ce sont des croyances qui souvent ont pris racine dès votre plus jeune âge et qui sont profondément ancrées dans votre inconscient. Pour mieux identifier vos croyances, faites une liste de toutes vos peurs : peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être abandonné, peur de manquer d’argent, peur de la mort, peur d’être jugé, …. Car chaque peur n’est que la conséquence d’une croyance limitante. Et pour ce travail important, faites-vous aider soit par des amis proches ou un thérapeute.

Avant de vous lancer dans un grand changement, transmutez ces croyances soit en « jouant » la croyance inverse pour l’inscrire dans votre inconscient, soit en utilisant des thérapies qui vont déprogrammer ces schémas directement dans votre inconscient. Des thérapies telles que l’hypnose, la méthode des 2 points, l’EFT, … se sont avérées efficaces.

Commencez par de petits pas

La méthode Kaizen est une approche progressive par petits pas.

Le principal obstacle du changement est l’ego. Il se complaît dans les schémas inconscients qui ne cessent de se répéter, dans la souffrance.  En effet, il ne souhaite pas changer pour continuer à contrôler, à être le maître de votre vie.

En commençant par de petits pas, votre égo ne réagira pas en créant avec son ami le mental, des peurs irréelles. Vous avez peur de ne pas être à la hauteur, faites quelque chose qui vous semble facilement atteignable comme réussir un repas entre amis. Puis n’oubliez pas de vous féliciter !

Donc il suffit de créer dans votre cahier de petits challenges. Challenges qui bien-sûr, iront à chaque fois un peu plus loin.

Utilisez votre pouvoir créateur

Vous détenez le puissant pouvoir de créer par la pensée. Alors programmez chaque étape vers votre objectif en remerciant pour la réalisation parfaite de cette étape. Et visualisez l’étape réussie.

Grâce à votre pensée créatrice, vous allez attirer les situations désirées. Cela se résume à la loi d’attraction : « tout semblable attire son semblable ».

Vie épanouie

Comment déprogrammer vos schémas répétitifs ?

Pouvez-vous déprogrammer vos schémas répétitifs, vos croyances ? Et oui, bonne nouvelle : tout schéma, toute croyance ou blessure peut être transformé !

En effet, les dernières recherches en neurosciences (étude du système nerveux, du cerveau, des réseaux neuronaux) et en épigénétique (étude de la modification de l’expression des gènes en fonction de l’environnement) le confirment.

Comment déprogrammer les croyances, vos schémas répétitifs : en prendre conscience

Tout d’abord, il est nécessaire d’en prendre conscience. Lorsque vous avez un problème relationnel ou d’ordre matériel, prenons du recul pour se poser les bonnes questions.

  • Pourquoi ai-je attiré cette situation ?
  • A quel schéma cela correspond t-il ? 
  • Quelles situations similaires ai-je vécu une depuis mon enfance ? Pour rappel, nos principaux circuits neuronaux ont été créés dans notre enfance.

Une autre façon d’identifier vos croyances est d’établir une liste de toutes vos peurs. Ces peurs irréelles sont la conséquence de nos croyances.

Vous avez peur d’être rejeté-e, votre croyance peut être « je ne mérite pas d’être aimé-e ». Vous ne voulez pas changer de poste ou d’entreprise, vous croyez inconsciemment que le changement est difficile. Vous avez des problèmes financiers, vous pouvez croire que l’argent, ce n’est pas pour vous, ….

« Tout ce que nous n’aurons pas ramené à la conscience se manifestera dans notre vie comme le destin ou la fatalité  » Carl Gustav Jung

Identifier le bénéfice caché de chaque schéma

La 2ème étape consiste à essayer de trouver un bénéfice caché derrière chaque schéma ou croyance. Une des raisons pour lesquelles les schémas se répètent est qu’inconsciemment, vous retirez un bénéfice plus important que le préjudice subi. Il est donc important de remonter à la conscience ce bénéfice.

Pour illustrer cela, prenons l’histoire de Jérôme qui ne sait pas dire non. Il est fatigué de toujours rendre service chez lui comme au travail. Bien sûr, tout le monde considère Jérôme comme un gentil. Non seulement cela l’épuise, il n’a pas de temps pour lui. Alors, en recherchant le bénéfice caché, Jérôme réalise que s’il ne rend plus service, il n’existe plus. Donc, il a fallu d’abord travaillé sur sa place dans sa vie avant de déprogrammer ce schéma.

Déprogrammer vos schémas répétitifs

Déprogrammer vos schémas répétitifs

En résumé, la partie inconsciente de notre cerveau contient la mémoire de tout ce qui nous est arrivé dans notre vie … même ce que l’on croit avoir oublié. Un véritable disque dur illimité !

Or vous savez qu’il est possible de changer les données d’un disque dur. Pour déprogrammer nos circuits neuronaux inconscients il existe différentes méthodes plus ou moins longues

Transformez-les par vous-même

Vous pouvez le faire seul-e notamment pour des croyances peu impactantes dans votre vie. Après avoir identifié ses croyances ou schémas, les bénéfices inconscients, voici les étapes à faire :

  1. Identifiez et énoncer la nouvelle croyance que vous souhaitez programmer. Par exemple : je suis à la hauteur
  2. Devenez de plus en plus observateur de vos actions (travaillez avec le conscient)
  3. Puis répétez l’énoncé de la nouvelle croyance et mettez en place des actions soit qui installent cette croyance soit qui contredisent la croyance erronée. Attention faites des petits pas. Faites par exemple quelque chose dont vous vous sentez capable de réussir
  4. Enfin pour renforcer la création d’un nouveau circuit : félicitez-vous à chaque réussite.

Faites-vous accompagner par un thérapeute

Si vous n’arrivez pas à le faire par vous-même, faites-vous aider par un ou une thérapeute qui maitrise des méthodes en lien avec l’inconscient comme l’hypnothérapie, l’EFT, l‘EMDR, …

En effet, l’hypnothérapie en vous mettant en état de conscience modifiée agit directement avec votre inconscient et permet de lui donner de nouveaux programmes. D’où les résultats de l’étude menée par American Health Magazine qui démontre que :

Par conséquent, vous pouvez transformer ces programmes inutiles qui vous empêchent d’avoir une vie épanouie, en créant de nouveaux circuits neuronaux. Cependant, cela nécessite également de passer outre son ego qui a peur du changement  et de plus écouter les désirs de son cœur.

Pourquoi nous répétons les mêmes schémas

Pourquoi nous répétons toujours les mêmes schémas en couple comme dans la vie de tous les jours ?

Et oui, nous répétons souvent les mêmes schémas tout au long de notre vie. N’avez-vous jamais remarqué dans votre entourage une personne qui après avoir quitté son compagnon ou sa compagne, trouve souvent un autre ami-e semblable. Ne vous vous êtes jamais dit : qu’est-ce qui ressemble à son 1er amour ?

C’est le cas de Florence (prénom fictif). Son mari est violent, elle ne peut plus le supporter et part vivre seule. Et quelque temps plus tard, elle rencontre un homme qui est doux, délicat. Elle se met en couple et quelques années plus tard, elle rompt de nouveau. Cet homme l’a battue. Le 2ème compagnon ne comprend même pas ses actes. Que s’est-il passé ?

Enfant, Florence voyait peu son père qui travaillait beaucoup. Lorsqu’il rentrait à la maison, sa mère se plaignait auprès de son mari des bêtises faites par sa fille. Pour avoir la paix rapidement, il donnait une fessée à Florence au lieu de la prendre dans ses bras et lui donner un peu d’amour.

Donc le cerveau de Florence a enregistré par le biais de circuit neuronal, la croyance « l’amour de l’homme = violence ». Inscrit profondément dans son inconscient, ce circuit s’active au contact des hommes au point que son 2ème conjoint qui était profondément gentil s’est mis à la frapper.

Ces schémas correspondent à des circuits neuronaux

Et ces circuits neuronaux – des neurones qui se connectent par des synapses via un signal électromagnétique – se construisent avec les expériences vécues surtout lors de notre enfance.

Bien évidemment Florence est loin d’être seule dans son cas. Effectivement, nous avons tous construit dans notre enfance des circuits neuronaux liés à des croyances dites limitantes. Ces croyances sont créées après des expériences douloureuses comme le cas décrit. Elles proviennent majoritairement des croyances de nos parents. Il suffit d’observer nos croyances et nos comportements par rapport à l’argent.

Nos croyances

95% de nos croyances sont enfouies dans notre inconscient. Inconscient qui pour notre survie, réactive ces réseaux face à une situation similaire. En les réactivant, nous attirons donc les personnes ou les événements qui correspondent à notre programmation inconsciente.

N’avez-vous jamais remarqué que les personnes qui se plaignent toujours de situations difficiles ont bien plus de problèmes qu’une personne optimiste. Cela répond à la loi d’attraction.

Dans l’histoire, pour être aimée, Florence avait inconsciemment besoin d’actes violents. Et cela a poussé son compagnon à la violence, alors qu’il n’avait jamais eu d’actes violents.

Cependant, il est souvent difficile de prendre conscience de nos croyances car elles font complètement partie de nous. D’où le besoin de se faire accompagner par un thérapeute pour les identifier et aussi les déprogrammer.

En conclusion, nous sommes les créateurs bien souvent inconscients de ces schémas et nous avons le pouvoir de les changer. Attention, être créateur ne signifie pas être coupable.